Palabres...

Palabres...

La complainte des pylones !

 

 

P3170008

 

 


En cette période de confinement, il y a une invention humaine qui se révèle essentielle car elle nous permet de travailler ou d'étudier à distance, de se divertir, d'échanger avec nos proches et amis par téléphone, de conserver nos réserves alimentaires, de faire fonctionner les réanimateurs des hopitaux : c'est la fée électricité !  Et pourtant ceux qui la transportent jusqu'à notre domicile, les pylones, sont souvent accusés de défigurer le paysage. J'ai composé cette fable intitulée "la complainte des pylones" qui leur rend hommage.



De jour comme de nuit, hiver comme été,
Faisant fi de la canicule et des gelées hivernales,
Nous traversons le pays à grandes enjambées,
Par monts et par vaux, la tête dans les étoiles.
Nous apportons, tels de modernes rois mages ,
Au plus lointain hameau, à la moindre chaumière,
Le feu du ciel dérobé aux orages,
Pour faire tourner télé, ordis, fours et frigidaires !
Et pourtant, nous sommes mal aimés,
Nous défigurons paraît il le paysage !
Mais que veulent donc ces humains insensés ?
S'éclairer à la bougie et revenir au moyen âge ?
Certes nous sommes prêts à en convenir,
Nos volts ne font pas toujours l'objet d'un bon usage,
Mais si on les utilise souvent pour le pire,
Que l'on ne nous reproche pas ce gaspillage !
Il est vrai que pour rien notre énergie se perd,
Nous donnant alors envie de baisser les bras,
Quand elle transporte dans votre salon Michel Drucker
Ou vous pollue le cerveau avec Hanouna.
Mais quand elle réconforte l'insomniaque solitaire,
Qui, voulant calmer ses angoisses et sa faim,
Trouve dans l'antre de son frigidaire,
Du pain frais, du vin et du Boursin,
Alors, nous avons le sentiment d'être utiles
Et d'adoucir l'humaine condition.
Mais hélas les humains, souvent, sont futiles
Et dénaturent notre noble mission !
Et puis, n'en déplaise à nos critiques,
Nous avons une certaine élégance,
Nous sommes tout aussi photogéniques,
Que la tour Eiffel d'Ile de France,
Devant qui le monde entier est bouche bée,
Malgré son allure famélique,
Et dont il faudrait se taper les escaliers,
Sans notre courant électrique !

 

medium_img_3463

******

Je salue le dévouement et le courage de celles et ceux qui prennent en charge et soignent les malades du Covid19 ainsi que de celles et ceux qui assurent les fonctions économiques essentielles qui nous permettent de continuer à vivre.

 

*****

Pour être informé(e) des nouvelles publications

inscrivez vous à la newsletter

 

******

 

Si vous avez aimé ces "palabres" je vous invite à découvrir

mes chansons sur mon blog

 

Canta-la-Vida

 

IMG_4628 2

 

et le récit de mes randonnées et voyages sur mon blog

Eldorad'Oc

 

1148373562

 

auxquels vous pouvez accéder en cliquant sur leur nom

 

Texte et photos Ulysse



04/05/2020
13 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres