Palabres...

Palabres...

L'homme de Néanderthal: homme idéal ?

DSC07917

 

 

Gauguin, dans l'un de ses tableaux, a illustré les trois questions qui taraudent l'homme depuis son émergence sur la terre: D'où venons nous? Que sommes nous? Où allons nous? Si la dernière question restera à jamais sans réponse, il existe un lieu où vous trouverez des éléments de réponse aux deux premières questions: il s'agit du passionnant Musée parc des dinosaures et de la préhistoire de Mèze( Hérault) qui présente au beau milieu d'une magnifique pinède  une série de reconstitutions de la grande aventure de l'espèce humaine.

 
 
DSC07907

 

 

 

Tout commence il y a environ 23 millions d'années (selon les découvertes les plus récentes). Au coeur des forêts africaines apparaît un être considéré comme l'ancêtre commun aux grands singes et aux hommes. Les scientifiques qui l'ont découvert et qui étaient un brin facétieux lui ont donné le nom de «Proconsul», en référence sans doute à la capacité qu'ont les dirigeants à se rattrapper aux branches et qui leur vient sans conteste de ce glorieux ancêtre. Cet être avait encore un petit cerveau qui ne faisait pas plus de 180 cm3 (contre 1600cm3 pour l'homo sapiens-sapiens) mais il avait développé une certaine aptitude à la bipédie.

 
DSC07927

 

 

 

De fait la bipédie est le facteur crucial d'évolution qui va permettre d'affranchir les membres antérieurs de la fonction de locomotion et donc de libérer les mains qui vont pouvoir désormais, d'une part, se saisir d'objets qui deviendront au fil du temps des outils et des armes et d'autre part se gratter la tête pour réfléchir ! Les scientifiques n'insistent pas assez à mon avis sur le rôle qu'a joué la possibilité de se gratter le front dans la lente évolution de ces êtres vers l'homme moderne !

 
DSC07909

 

 

 

La main, qui permet d'accomplir des tâches de plus en plus complexes, va contribuer au grossissement du cerveau concuremment avec le langage et la nécessité d'élaborer sans cesse des stratégies de survie, l'homme ne disposant pas d'atouts physiques particuliers pour survivre dans un monde hostile (lisez sur ce thème le passionnant ouvrage «Le paradigme perdu : la nature humaine» d'Edgar Morin). De fait la «grosse tête» par rapport à sa taille est ce qui distingue l'homme des autres mammifères (l'expression "tête de piaf" étant d'ailleurs considérée comme une insulte). Mais cette grosse tête a aussi des inconvénients. En premier lieu elle complique l'accouchement et conduit à la naissance d'un bébé immature qui demande une attention permanente et une alimentation pendant une periode beaucoup plus longue que les autres mammifères.

 
DSC08099

 

 

 

En second lieu ce gros cerveau consomme beaucoup d'énergie (25% des besoins de l'homme – ce sont bien sur des moyennes car certains congénères au vu de leur comportement doivent avoir une consommation proche du zéro- contre 3 à 10 % chez les mammifères et les primates) ce qui au demeurant explique le coup de pompe de 11heures des écoliers ! Ce gros cerveau a permis à nos ancêtres de s'imposer et de devenir le roi des forêts et des savanes et de conquérir peu à peu la planète Mais cette conquête ne s'est pas faite en un jour car les australopithèques, d'abord, puis les homo ergaster, les homo habilis, les homo erectus et pour finir, les homo sapiens-néandertalis et enfin les homo sapiens-sapiens (dits aussi de cro-magnon) n'avaient que leurs pieds comme moyen de locomotion (La Ford T ne sera inventé que bien plus tard!)

 
 
DSC07966

 

 

Nos lointains ancêtres étaient des êtres préoccupés avant tout de survivre et de nourrir leur famille et leur clan et qui, au fur et à mesure que leur population croissait, étaient obligés d'étendre leurs territoires de chasse. Sans doute progressaient ils de 10km par génération ce qui leur a permis, malgré tout, au bout d'un million d'années d'atteindre la Chine et le continent américain.

 

 

DSC07921

 

Le musée parc de Mèze expose sur ce point une plaque découverte en Afrique constituée de cendres volcaniques fossilisées sur laquelle figurent les empreintes de pas d'un homme, d'une femme et d'un adolescent, suivis d'un autre homme qui sont passés dans les parages il y a des dizaines de milliers d'années, fuyant sans doute une éruption volcanique. On ne peut qu'être émus et admiratifs devant le courage et la détermination de ces ancêtres qui à travers les ages ont affronté des cataclismes et des variations climatiques extrêmes, auxquelles ils ont su s'adapter grâce à leur courage et leur intelligence. Cela devrait faire réfléchir nos adolescents d'aujourd'hui qui font de l'exploration de canapé !

 

 

 

DSC08071

DSC08087

 

 

Les outils, les armes, les bijoux et autres objets d'ornement qu'ils ont élaborés révèlent une intelligence, une technicité et une raffinement qui n'ont rien à envier aux nôtres. D'ailleurs sur ce plan je pense qu'il y a plutôt régression, car j'ai personnellement plus d'admiration pour les tailleurs de silex que pour les "tailleurs" de parpaings qui défigurent ma région !

 

 

DSC07986

 

 

 

Ils n'avaient pas peur d'affronter de redoutables prédateurs tels que les mammouths ou les ours et faisaient preuve dans ces circonstances d'esprit d'équipe .

 

DSC08105

 

DSC08080

 

 

L'invention du feu a fortement contribué au développement du lien social en réunissant les membres du groupe pour la prise de repas en commun et la défense contre le froid et les prédateurs. Ces regroupements ont ainsi certainement favorisé le développement du langage  pour les besoins d'échange d'informations sur les bons coins de chasse et de pêche (ils étaient moins égoïstes que les cueilleurs de champignons d'aujourd'hui), les gisements de silex et autres renseignements vitaux. 

 

 

DSC08110

 

 

Concernant le langage parlé, dont l'homme a l'apanage, il est intéressant de noter que ce don nous est échu grâce à la présence d'un os, l'hyoïde en forme d'U placé en haut du larynx. Cet os s'est développé chez l'homme il y a environ 200.000 ans grâce à l'abaissement du larynx (qui est resté en position haute chez les primates) libérant la langue qui du fait de sa grande mobilité peut ainsi émettre des sons très différenciés. Ce dispositif physique indispensable est complété au plan cérébral par la présence de l'aire de Broca qui dirige les muscles nécessaires à la fonction et à celle de Wernicke qui permet la compréhension des sons et des mots.

 

Pour conclure cette première partie, revenons un peu plus en détail sur nos ancêtres les plus proches : l'homme de Néanderthal (découvert dans la vallée de Néander -homme nouveau- en Allemagne en 1856) et l'homo sapiens-sapiens dit de Cro-manon ( découvert en 1868 au lieu dit cro magnon près des Eyzies de Tayac en France) tous deux issus d'un ancêtre commun l'Homo Erectus. Néanderthal est apparu il y a environ 300.000 ans et s'est éteint il y a environ 30.000ans. Notre espèce est un peu plus jeune puisqu'elle est apparue il y a environ 120.000 ans et a mieux réussi puisque nous avons conquis la terre et sommes la seule survivante !

 

 

DSC08098

 

 

L'homme de Néanderthal était à priori plus trappu que l'homme de cro-magnon et avait un plus gros cerveau que lui mais avec un front bas. Il maîtrisait comme lui la taille du silex, la fabrication du feu, ils avaient tous deux un sens artistique certain et le culte des morts. Mais le premier après avoir cohabité en Europe avec Cro-magnon il y a environ 40.000ans a disparu sans laisser de descendance ! Que s'est il donc passé ?

 
 
DSC07984

 

 

 

Les experts divergent sur la question. Une première école prétend que néanderthal ne disposait pas des capacités intellectuelles et des moyens techniques de Cro-magnon du fait de son front bas qui empêchait le développement de son cortex préfrontal et qu'il avait atteint un seuil évolutif le condamnant face à son cousin intellectuellement mieux armé. Une autre école, représentée notamment par Marylène Patou-Mathis de l'institut de paléontologie, qui a sorti un ouvrage en juin 2006 intitulé «Néanderthal : une autre humanité» (Editions Perrin 21.2€)*, considère au contraire, après un exament attentif de l'artisanat et des sites néandertaliens, que ces derniers étaient aussi évolués dans leur vie quotidienne que les cro-magnons et avaient comme eux une appréhension symbolique du temps de ses cycles, de la mort, et qu'ils avaient également développé un langage, même s'il était sans doute un peu moins riche en vocabulaire et en syntaxe. Ils ont même laissé des peintures sur des grottes comme en témoigne cette découverte récente en Espagne et ils décoraient avec beaucoup de raffinement des objets quotidiens.

 

* Ecole que les récentes découvertes ont conforté.

 
DSC08092

 

 

 

Pour Mme Pathou-Mathis l'explication de la disparition de Néanderthal est culturelle. A l'appui de sa théorie elle fait valoir qu'il n'existe pas un seul site où des néanderthaliens se soient entretués au contraire des cro-magnons (qui perpétuent d'ailleurs cette sinistre habitude !) Certains vestiges laissent même entrevoir un tabou sur le meurtre et révèlent des limitation en matière de chasse (interdiction de tuer les femelles enceintes et les ours, sans doute animal totémique). En outre, dans une tombe a été trouvé le corps d'un infirme de naissance attestant d'un souci d'assistance vis à vis des handicapés. Ainsi les néanderthaliens apparaissent comme des nomades pacifiques vivant en symbiose avec la nature qui lors de leurs recontres avec Cro-magnon ont refusé le combat (tabou du meurtre d'un autre homme ?) alors que leur force physique supérieure leur aurait permis de mettre "la patée" à ce dernier. Partisans de la non-violence ils auraient donc fui devant ce redoutable rival en se dispersant en groupes de plus en plus petits incapables de survivre.

 

 
DSC07948

 

 

 

Au total Néanderthal aura quand même vécu 300.000ans alors que sapiens-sapiens dit cro-magnon n'a que 100.000ans et, à mon avis, est mal parti pour durer aussi longtemps que son cousin ! Ainsi avec la disparition de l'homme de néanderthal l'humanité a sans doute perdu une occasion de faire de la terre un paradis au lieu de l'enfer cro-magnonesque dans lequel la plupart de nos congénères survivent !

 

 
DSC08119

 

 

J'espère que ce post vous aura apporté quelques lueurs sur la question de savoir d'où nous venons et qui nous sommes. Quant à savoir où nous allons je laisse cela aux croyances de chacun. Pour ma part, si l'on ne change pas de comportement très rapidement je crains que notre orgueil et notre esprit bagarreur ne nous mènent tout droit dans le fossé de l'évolution! De fait si cro-magnon veut survivre, il faut qu'il se néanderthalise !

 

 PS : Si vous êtes passionné par le sujet lisez également le bouquin de Roy Lewis "Comment j'ai mangé mon père" qui est une illustration désopilante de la querelle des anciens et des modernes au temps de la préhistoire (collection J'ai Lu).

 

 

 

 

******

Je salue le dévouement et le courage de celles et ceux qui prennent en charge et soignent les malades du Covid19 ainsi que de celles et ceux qui assurent les fonctions économiques essentielles qui nous permettent de continuer à vivre.

 

*****

Pour pouvoir poster un commentaire

ou être informé(e) des nouvelles publications

inscrivez vous à la newsletter

 

******

 

Si vous avez aimé ces "palabres" je vous invite à découvrir

mes chansons sur mon blog

 

Canta-la-Vida

 

IMG_4628 2

 

et le récit de mes randonnées et voyages sur mon blog

Eldorad'Oc

 

1148373562

 

auxquels vous pouvez accéder en cliquant sur leur nom

 

Texte et photos Ulysse



06/04/2020
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres