Palabres...

Palabres...

L'enlèvement des rennes du père Noël (réédition)

 

 

box-15718_1920

 

 

Nous sommes au petit matin du 22 décembre 2021.....

 

A peine le père Noël aperçoit-il une lueur blafarde ronger la nuit à travers la fenêtre de sa chambre qu’il tapote les fesses chaudes, douces et nues de Noella et lui dit : «Faut qu’on se lève ma Bibiche, on a encore beaucoup à faire. Je dois notamment commencer à harnacher les rennes et tu dois préparer les hottes» . Noella émet alors un soupir languissant et lui répond «Barbichon, tu ne veux pas qu’on se fasse un petit câlin avant de se lever». Au son de sa voix amoureuse Noël est sur le point de  se laisser tenter mais ils doivent impérativement se lever tôt ce matin et la mort dans l’âme il lui répond  «Bibiche on n’a pas de temps pour la bagatelle, faut qu’on se magne les miches, on part dans deux jours et rien n’est prêt. Va nous préparer un café pendant que je me taille la barbe». Sa barbe taillée et son café bu, Noël embrasse tendrement Noella, en jetant un œil amoureux sur le décolleté généreux de sa chemise de nuit et sort résigné pour se rendre à l’étable des rennes. 

 

christmas-card-2945633_1920

 

 

Approchant du bâtiment il est étonné de voir les portes grandes ouvertes. «Diantre, je les avais pourtant fermées hier soir, que se passe-t-il !».  Il entre dans l’étable et découvre avec stupeur qu’elle est vide.  «Ils ne se sont quand même pas enfuis dans la nuit glaciale alors qu’ici il fait chaud et qu’ils ont du bon foin à foison, ils ne sont pas suicidaires mes rennes!». S’apprêtant à ressortir pour aller explorer les alentours, il aperçoit un papier plié en deux cloué sur l’intérieur de la porte. Intrigué, il l’arrache, le déplie et découvre avec stupeur le message suivant : 

 

 A l’attention du Père Noël ,

 

Nous sommes des membres de la  SDR, la Société de Défense des Rennes et nous sommes venus cette nuit enlever vos rennes pour les soustraire au supplice que vous leur infligez à Noël . Vous les obligez, en effet, cette nuit là, à parcourir des milliers de kilomètres en quelques heures sans aucune pause, au mépris des lois internationales qui régissent le travail de nuit. Etant néanmoins respectueux de la propriété d’autrui, nous vous les restituerons le 25 décembre au matin, à la condition que vous vous engagiez à ne plus les faire travailler à l’avenir la nuit de Noël.

                                                                                 

                                                                                    Le président Jack London

 

Abasourdi Noël s’écrie «Ah ! les gredins, les anacoluthes, les bachi-bouzouks, ils s’imaginent que je vais me laisser faire! Quelle ignominie de me traiter de tortionnaire de rennes alors qu’ils mènent chez moi une vie de sénateurs. Ils travaillent une seule nuit par an et passent le reste du temps à dormir et faire des galipettes ». A ces derniers mots, il a une pensée émue pour Noella. «Qu’ils prennent garde à leurs abattis, ils vont voir de quel bois je me chauffe». Noella, qui déguste tranquillement sa deuxième tasse de café auprès d’un bon feu qu’elle vient d’allumer, l’entend rentrer précipitamment avec fracas et en tempêtant. Noël, ayant du mal à garder son calme, lui explique l’affaire.  «Ne t’en fais pas mon barbichon» lui dit- elle, en lui caressant la nuque pour l’apaiser, «je vais régler vite fait cette affaire, je vais appeler ma copine Divina»

« Allo Divina, c’est moi Noella, on a un "big" problème, un gang vient de nous chouraver nos rennes sous prétexte que nous les maltraitons la nuit de Noël. Tu pourrais pas demander à ton copain Dieu, qui voit tout et qui sait tout, où ils se planquent ces enfoirés ».  « Noella je suis désolée mais Dieu ne veut plus entendre parler de tout ce qui touche de près ou de loin à ces malotrus de terriens. Ils sont en train de lui saccager sa plus belle planète, aussi il ne bougera pas le petit doigt pour vous aider. Il sera même heureux que ces fichus bipèdes soient privés  pour une fois  de Noël, ça leur fera les pieds !" Noella n’insiste pas auprès de Divina, sachant que son mec est du genre inflexible. Noël décide alors d'appeler les dirigeants du monde, estimant qu’ils ne peuvent rester insensibles à son problème. En effet, ils risquent d’être confrontés à de graves troubles sociaux. si leurs populations, déjà sévèrement affectées par la crise, sont privées de cadeaux de noël. Avec leurs satellites espions et leurs drones ils devraient pouvoir sans difficulté repérer l’endroit où sont séquestrés ses rennes. Il choisit d’appeler tout d’abord le plus puissant d’entre eux et le plus sympa aussi, Joe Biden,  auquel il expose son problème. Celui-ci lui répond : «Mon vieux Noël je ne peux rien pour toi, tous mes moyens d’observation sont  déjà employés à surveiller les russes et les chinois et ces analphabètes du parti républicain me tiennent par la culotte au plan budgétaire. Ils n’accepteront pas que je dépense un sou de plus, surtout si c’est pour t’aider à distribuer des cadeaux à des millions d’enfants dans le monde. Les seuls cadeaux qui les intéressent sont les cadeaux fiscaux » "Ah ! Joe tu me casses ma baraque" lui dit Noël en raccrochant dépité. Se tournant désespéré vers Noella il lui dit « Si le plus puissant d’entre eux se défile, nous sommes mal barrés ma bibiche. Pas question d’appeler les présidents chinois ou russe et les régimes arabes, car je ne traite pas avec des régimes qui ne respectent pas les droits de l’homme et surtout ceux de la femme. Les Japonais dépendent des américains pour leurs moyens d’observation et de toute façon, comme ils sont shintoïstes, ils ne célèbrent pas la naissance de Jésus. La France aurait bien les moyens techniques mais il va me falloir remplir un formulaire de 50 pages en trois exemplaires pour faire ma demande et je n’ai pas le temps pour ça. La perfide Albion a également les moyens idoines, mais leur île est en train de sombrer et ils vont bientôt faire la manche (hi! hi! hi!); S’ils retrouvent mes rennes, ils risquent de les transformer en rosbifs pour le repas du réveillon. Les autres pays, Espagne, Italie Portugal etc… du fait de la crise, sont dans la mouise. Quant aux pays en développement, qui ne mangent pas à leur faim, ils ont d’autres chats à fouetter que de nous aider à retrouver nos rennes. Il ne reste donc que cette chère tante Picsou, Angela Merkel, mais comme c’est une femme, je préfère que tu l’appelles, tu sauras mieux t’y prendre que moi.» Noella  décroche donc le téléphone « Allo Angela , c’est moi Noëlla , tu vas bien ?  je t’ai vu l’autre jour au G8 tu avec ta  robe  rose, tu étais magnifique !» «Noella, arrête tes flatteries, je ne portais pas robe ce jour là, j’étais en pantalon. Tu es comme Emmanuel - pas le saint qu'on honore chez nous mais le gaulois fauché - qui me passe la main dans le dos à chaque fois qu’il me voit pour me piquer mes sous. Tu as quelque à me demander, je le sens ». Noella  explique l’affaire à Angela qui lui répond :« Noella j’ai déjà demandé à mon peuple au cours des années passées beaucoup de sacrifices pour sauver l’Allemagne de l’Est; demain ça sera peut être la France l’Italie ou l’Espagne, alors, désolée, mais je ne peux pas dépenser un seul copeck pour vous aider». «Mon barbichon, c’est cuit, Elle a un cactus dans son porte`monnaie l'Angela »  dit Noella en raccrochant la mine dépitée. Ils plongent alors, tous deux, dans un profond silence, le regard fixé sur la pointe de leurs bottes, songeant avec tristesse à tous ceux qui leur ont écrit et qui ne recevront pas leurs cadeaux de Noël. Leur réputation sera ruinée à jamais et ils passeront l’éternité à se morfondre. Les galipettes c’est sympa mais ça va un moment,  donner du bonheur aux petits et aux grands c’est quand même plus gratifiant. Soudain le téléphone se met à sonner. Fébrile Noël décroche et entend «Allo, ici Jack London, président de la SDR». «Anthropopithèque, emplâtre, crétin des Alpes, doryphore, naufrageur, moricaud»  hurle alors Noël dans le téléphone ne laissant pas le temps à son interlocuteur de s’exprimer. Jack London laisse Noël vociférer jusqu’à l’extinction de voix puis reprend «Du calme Noël, je viens m’excuser et réparer mon erreur. Depuis que j’ai les enlevés, vos rennes refusent de s'alimenter et me font la gueule. Manifestement, vous leur manquez. Moi qui pensais les aider en leur épargnant de travailler la nuit de Noël, je m’aperçois que je les ai traumatisés. Aussi je venais vous prévenir que j’allais vous les rendre». Follement heureux de retrouver ses rennes, Noël oublie sa colère et dit à Jack London « OK venez , on vous attend ». Une heure plus tard les rennes sont de retour, attelés au traîneau de Jack.  Noël et Noella se précipitent vers eux et tapotent avec tendresse l'encolure de chacun d’eux : tout d'abord Wenceslas qui guide le traîneau et penche la tête à gauche ou à droite quand le père Noël veut tourner, puis Heinrich, Geoffroy, Habib, Rudolf, Vodka, Patafiole et Taddeus. Ceux-ci, en retour, leur lèchent le visage, manifestant ainsi leur bonheur d'être de retour au bercail. Puis sans rancune, Noël et Noella invitent Jack London à boire un vin chaud, puis deux, puis trois (il n' y a pas d'alcootest pour les conducteurs de traîneau) ce qui fait que cette affaire finit par une franche rigolade. Jack les aide ensuite à rattraper le retard pris dans leurs préparatifs. Ce dernier parti, Noëlla jette un regard complice à son compagnon et lui dit « Puisqu’on est quasiment prêts, on a un peu de temps pour les galipettes ». Noël lui sourit et la prend par la taille. Terriens dormez sur vos deux oreilles, le père Noël sera fidèle au rendez-vous !

 

 

 

santa-3855334_1920

 

Une heure plus tard les rennes sont de retour avec Jack.  Noël et Noella se précipitent vers eux et tapotent avec tendresse l'encolure de chacun d'eux: tout d'abord Wenceslas qui guide le traîneau et penche la tête à gauche ou à droite quand le père Noël veut tourner, puis Heinrich, Geoffroy, Habib, Rudolf, Vodka, Patafiole et Taddeus. Ceux-ci, en retour, leur lèchent le visage, manifestant ainsi leur bonheur d'être de retour au bercail.

 

christmas-4676455_1920

 

Puis sans rancune, Noël et Noella invitent Jack London à boire un vin chaud, puis deux, puis trois (il n' y a pas d'alcootest pour les conducteurs de traîneau) ce qui fait que cette affaire finit par une franche rigolade. Jack les aide ensuite à rattraper le retard pris dans leurs préparatifs. Ce dernier parti, Noëlla jette un regard complice à son compagnon et lui dit «Puisqu’on est quasiment prêts, on a un peu de temps pour les galipettes». Noël lui sourit et la prend par la taille. (La suite est censurée).

 

Terriens dormez sur vos deux oreilles, le père Noël sera fidèle au rendez-vous. Il vient de se mettre en route !

 

 

christmas-eve-1846481_1920

 

PS: Selon un observateur finlandais le père Noël aurait été confronté au moment de partir à un mouvement de grève des Rennes qui veulent une prime. Au moment où j'écris ceci les négociations seraient en cours.

 

 

 

Screenshot_20191222_180742

 

JOYEUX NOEL

 

quand même......

 

 

*****

 

Si vous avez aimé ces "palabres", peut être apprécierez vous le récit de mes randonnées et voyages sur mon blog Eldorad'Oc et mes chansons sur mon blog Canta-la-Vida, tous deux agrémentés de photos personnelles,  auxquels vous pouvez accéder en cliquant sur leur nom dans la bannière du haut.

 

Texte Ulysse & Photos Pixabay (J. Wellington, Jaymzart)

 



24/12/2021
34 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres